Retour aux nouvelles

25 Novembre 2019

Article : Travailler de la maison, bon pour les gens et l’environnement

Article : Travailler de la maison, bon pour les gens et l’environnement

Photo: Getty Images

 

Aujourd'hui nous vous repartageons un article publié dans Journal Métro le 20 novembre 2019 par Amine Esseghir.

 

Une entreprise en nouvelles technologies installée à Ahuntsic a fait le pari de faire travailler tous ses employés de chez eux.

Cette décision audacieuse permet à la société non seulement de réaliser de bonnes affaires, mais aussi de faire un geste concret pour l’environnement.

Le visiteur chez Nubik est frappé en premier lieu par le vide et le silence. L’entreprise possède deux petits bureaux sur la rue Meilleur. Ils sont aménagés comme des salles de conférence avec tout au plus une vingtaine de fauteuils. Or, Nubik, qui implante des solutions informatiques de gestion d’entreprise, emploie 130 personnes.

Mais où sont tous ces employés? «Ils sont chez eux à faire du télétravail», répond Katie Bussières, la présidente.

Un modèle gagnant si on en juge par les prix que Nubik et sa présidente décrochent. Récemment, Mme Bussières a reçu le Prix Exportation et développement Canada lors du 19e gala Prix Femmes d’affaires du Québec.

Mme Bussières aime énumérer les avantages de travailler de chez soi, dont celui de «travailler en mou» et de ne pas se ruiner en achats de vêtements. «Grâce à Nubik, il y a 130 voitures en moins sur les routes, annonce-t-elle. Je peux recruter partout dans le pays ou dans le monde.» Sans prendre l’avion.

Pour l’entreprise, les avantages ne sont pas négligeables non plus. Nul besoin de louer de grands bureaux ou d’investir dans un mobilier coûteux.

«Imaginez! Un jour de tempête, les gens peuvent rester chez eux. C’est ce qu’ils font tous les jours. Je n’ai aucune perte de productivité.»

«Nous avons pu convaincre des clients étrangers de se faire livrer des services à distance par des Canadiens.» Katie Bussières, présidente de Nubik

 

Kate Bussières

 

Bon pour tous

Chez Nubik, il n’y a pas que les informaticiens et les experts dans les domaines pointus qui travaillent dans le confort de leur foyer. La responsable des ressources humaines et la comptable le font aussi.

Ils sont liés à l’entreprise par un bureau virtuel sur leur ordinateur. Ils peuvent collaborer, échanger ou se réunir en visioconférence.

Ses employés sont-ils plus heureux ainsi? Mme Bussières en est convaincue.

Elle rappelle tous les avantages de la conciliation travail-famille.

«Un enfant est malade, il ne peut pas aller à l’école? Pas de souci, papa est à la maison. Maman ne perdra pas sa journée de travail.»

Cette façon de faire qui rompt avec la vision classique de l’entreprise serait-elle applicable partout?

«Des chefs d’entreprise me disent que cette façon de faire est bien, mais qu’elle ne marcherait pas pour eux parce que leurs employés doivent travailler en équipe», dit-elle.

Justement, tous les projets menés par Nubik se font en groupe. «Ce sont six ou sept personnes qui doivent travailler ensemble et répondre aux demandes des clients», souligne-t-elle.

 

Pour consulter l'article sur le site du Journal Métro, cliquez ici.