Portrait de l'industrie

Le diagnostic industriel et de main-d’œuvre 2016-2017 publié par EnviroCompétences dresse un portrait quantitatif et qualitatif à jour du secteur de l’environnement.

Le secteur

L’évolution des emplois dans le secteur environnemental a connu le même rythme que dans l’ensemble de l’économie, le nombre d’employés serait approximativement passé de 63 600 à 64 700 personnes (2% d’augmentation).

Les entreprises et les établissements

La majorité des entreprises sont situées dans quatre régions administratives du Québec, soit Montréal (21,4%), la Montérégie (14,9%), les Laurentides (11,2%) et la Capitale-Nationale (10%).

Le domaine d’intervention relatif à l’eau est le plus présent au sein de l’industrie de l’environnement (38,6%). Suivent ensuite les services-conseils et laboratoires (30,5%), les organismes en environnement (27,3%) et ensuite, les entreprises agissant dans le domaine des matières résiduelles et dangereuses (26,9%).

Les caractéristiques des entreprises :  

Portrait de la main-d’œuvre

Les changements démographiques découlant du vieillissement de la population influencent de plus en plus l’évolution de l’économie et de l’emploi. Ce défi démographique se pose de façon particulièrement accentuée au Québec. En juillet 2016, l’âge médian de la population québécoise était de 42,1 ans comparativement à 40,6 ans pour l’ensemble de la population canadienne. Le secteur environnemental est tout autant affecté. Par exemple, 16,71% de la main-d’œuvre du secteur de l’environnement en 2011 est âgée entre 55 et 64 ans, contre 12,8% pour l’ensemble de l’économie québécoise.

Les professions qui subiront vraisemblablement une évolution au cours des prochaines années sont, selon les entreprises rencontrées sont les chargés de projets environnementaux, les techniciens en assainissement de l’air, les techniciens en restauration après sinistre, les opérateurs en traitement d’eau et les superviseurs et les gestionnaires

Les professions en émergence identifiées par les entreprises consultées sont les comptables ou économistes de l’environnement, les ingénieurs spécialisés en efficacité énergétique, les spécialistes en hygiène industrielle et les estimateurs en environnement.

Portrait de la main-d’œuvre immigrante

La main-d’œuvre immigrante est surtout présente dans les entreprises de plus de 50 employés.

82,5% des entreprises disant avoir déjà de la main-d’œuvre immigrante au sein de leur entreprise prévoient embaucher de la main-d’œuvre immigrante en 2016, alors que 31,3% des entreprises n’en ayant pas en 2015 estiment probable ou très probable d’en recruter.

Gestion des ressources humaines

La présence d’un service des ressources humaines reste essentiellement l’apanage des entreprises de plus de 50 employés; 77,8% des entreprises de cette taille en ont un. Ce sont d’ailleurs principalement ces entreprises qui formalisent le plus fréquemment leurs pratiques et politiques en matière de gestion des ressources humaines.

La gestion de la croissance des entreprises apparaît comme le principal défi à relever en matière de gestion des ressources humaines, suivi de près par le défi du recrutement et de la rétention de main-d’œuvre.

Le manque de candidats compétents constitue la principale difficulté de recrutement qui amène une surcharge de travail chez le personnel en poste et une augmentation du temps supplémentaire, ce qui a un impact sur la rétention de la main-d’œuvre. Près du tiers des entreprises (32,1%) affirment rencontrer des difficultés de recrutement.

Pour lire la version complète du Diagnostic, rendez-vous au : http://www.envirocompetences.org/media/publications/VF_Diagnostic_industriel2016-2017.pdf