Retour aux nouvelles

7 Août 2023

EnviroCompétences dévoile son étude "Portrait des femmes en environnement"

EnviroCompétences dévoile son étude "Portrait des femmes en environnement"

 

Les femmes représentaient en 2021 seulement 37 % des emplois occupés dans le secteur de l’environnement au Québec ; voici l’une des conclusions de l’étude intitulée "Portrait des femmes qui exercent un métier ou une profession en environnement" commandée par EnviroCompétences, en collaboration avec le Réseau des femmes en environnement et grâce à la contribution financière de la Commission des Partenaires du Marché du Travail (CPMT).

Cette étude a comme mission première d’identifier des pistes de solution dans le but d’intéresser, d’attirer et de fidéliser davantage de femmes dans les divers secteurs de l’environnement.
Pour ce faire, l’étude, pilotée par le Groupe AGÉCO, s’est intéressée aux motivations premières de celles qui décident d’emprunter cette voie, de même que les enjeux qu’elles rencontrent dans leur parcours académique et professionnel. Elle a été réalisée auprès d’un peu moins de 500 femmes au Québec et complétée par un croisement avec les données de Statistique Canada.

« Une telle étude est précieuse pour identifier les meilleures façons de rejoindre et d’attirer la clientèle féminine dans le secteur de l’environnement. Le grand nombre de répondantes et l’homogénéité des résultats permettent de dégager des tendances que nous observons depuis plusieurs années, mais qui n'étaient pas documentées et aussi bien détaillées. Bien que certaines embûches soient toujours sur leur chemin, les femmes sont motivées comme jamais à relever le défi de la transition verte : c’est désormais un fait ! », a déclaré Dominique Dodier, directrice générale d’EnviroCompétences.


Passionnées, mais peu présentes sur le terrain


Les femmes qui occupent des emplois dans le secteur de l’environnement le font d’abord et avant tout par conviction et parce qu’elles sont préoccupées par les défis environnementaux. En effet, 74 % ont consacré leurs études, ont postulé (68 %) à des emplois de la filière environnementale et y demeurent (65 %) en raison de leurs préoccupations environnementales.
Les femmes sont majoritaires dans le domaine de la recherche scientifique (55%), représentant près de 10% de l’ensemble des femmes en environnement. Cette présence féminine s’avère toutefois plus limitée « sur le terrain » ; la nature de certains métiers, plus physiques, peut expliquer ce constat, telle une sous-représentation marquée des femmes dans les métiers de type « manœuvres » (10%).


Plus de femmes impliquées, mais des efforts supplémentaires doivent être mis en place


Bien que la proportion de femmes dans le métier par rapport à celle des hommes augmente (un peu plus de 60% de prédominance masculine en 2021, versus 70% en 2016), environ 40 % des femmes sondées ont encore l’impression d’être freinées dans leur progression vers des postes décisionnels. Une répondante sur cinq évoque même qu’il existe encore une plus grande difficulté à démontrer ses compétences que ses homologues masculins.
De plus, 60 % des femmes interrogées considèrent que davantage de mesures de conciliation travail/vie personnelle-familiale sont nécessaires afin d’attirer les femmes dans le secteur.
Non seulement le salaire horaire des femmes est inférieur dans la plupart des quarts de métier, mais elles ont une plus forte propension à détenir des diplômes universitaires que les hommes qui occupent les mêmes postes. Cette différence est particulièrement marquée pour le métier d’inspecteur/inspectrice, où 73% des femmes détiennent un diplôme universitaire contre 35% des hommes, et d’urbaniste, où cette proportion est de 94% par rapport à 66%.


« Nous sommes heureux de constater qu’il y a eu des progrès dans les dernières années, mais certains écarts semblent persister dans différents aspects du travail des femmes dans le secteur de l’environnement, mais le pas est dans la bonne direction. En plus de miser sur l’appel à la transition écologique et éveiller encore plus tôt l’appel à la vocation environnementale, il faudra valoriser et promouvoir la diversité des emplois et des milieux de travail. La sensibilisation des employés en matière d’équité et d’inclusion des femmes doit se poursuivre », a conclu Mme Dodier.

Consulter le portrait des femmes qui exercent un métier ou une profession en environnement